Poem

This past week the students at the Mennonite hostel were in charge of the Sunday morning worship service. Oumarou, a second year medical student, wrote a poem to be performed during the service. Poetry being what it is, we are not translating it into English. Apologies to anglophone readers.

Poème présenté le 17 mars, 2013

lors du culte dirigé par les étudiants résidants à FEMO

Tous ici présents

Tous d’origines diverses

Tous orphelins dans une si large ville

Chers Frères nous voici enfin réconfortés

Devenus si bavards au sein d’une mère allaitante

Elle nous accueille.

Fortifiés par son lait,

Ordonnés grâce à ses conseils, il

Y a du bonheur. Nous sommes

Encouragés

Ré-encouragés au foyer.

Frère !

Et ta sœur est-elle

Malade ?

Oriente-la au FEMO où règne Jésus.

FEMO :     Foyer de l’Eglise Mennonite de Ouagadougou

Une seule devise : accueil

Une seule visée : croissance dans la foi

Une seule préoccupation : leadership

Un seul sens : notre existence

O ! jeune septénaire,

En moins d’une décennie,

Tu as déjà fait preuve de

Mérite d’existence.

Jésus Christ y est le ciment des relations interpersonnelles incorruptibles.

DAKUYO Oumarou (dakuyooumarou@ymail.com)

L’auteur de ce poème n’est pas un spécialiste qualifié. Juste de l’amour de la poésie et l’opportunité que le foyer m’a laissé que je ne pouvais pas m’empêcher de faire ressortir cette grande joie de ce jour.

Alors, chers lecteurs, vous voyez l’emplacement des strophes en escaliers donne une forme globalement arrondi au poème ; ceci rappelle que les choses chevauchent parallèlement. Les petites difficultés sont réglées pour nous les bénéficiaires autour d’une table.

Strophe 1 : « tous » renvoie aux étudiants vivants au foyer

Strophe 3 : les premières lettres de chaque vers forment le mot « FOYER » qui termine d’ailleurs la strophe.

Strophe 4 : Idem, mais ici le mot « FEMO » est renvoyé au début de la strophe suivante : c’est le jeu de mots en poésie.

Strophe 5 : Elle renferme l’essentiel de ma pensée.

Après le BAC, je ne savais plus quoi faire à cause du problème de logement qui se pose ici à Ouagadougou. Or, issu d’une famille n’ayant pas de revenus mensuels, il serait difficile voire impossible pour moi de continuer des études médicales si le foyer ne m’accueillait pas.

Je m’arrête là car je n’ai pas suffisamment de mots pour tout dire.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s